Quelles solutions pour une meilleure prise en charge des malades ? Le Dr Bautrant, médecin psychiatre spécialisé en géronto-psychiatrie, présente ce que pourrait être l’Ehpad de demain.

A l’heure où les personnels des établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) dénoncent leurs conditions de travail et les conséquences sur les patients, à l’heure du déremboursement des médicaments anti-Alzheimer, quelles solutions existe-t-il ? Le Dr Thierry Bautrant (1), médecin psychiatre spécialisé en géronto-psychiatrie, spécialiste des troubles du comportement dans la maladie d’Alzheimer, directeur d’Ehpad, livre des pistes de réflexion.

En tant que directeur d’Ehpad, quels principaux problèmes rencontrez-vous au quotidien ?

« De plus en plus de personnes âgées (les plus de 60 ans devraient représenter 28 % de la population en 2025), vivent plus longtemps et mieux. Mais lorsqu’elles viennent en maison de retraite, en moyenne à 85 ans, c’est souvent avec une dépendance physique très forte ou une détérioration cognitive importante. Dans les Ehpad, il y a environ 70 % de malades Alzheimer, lesquels présentent, dans environ 96 % des cas des troubles du comportement qui peuvent devenir très invalidants (opposition, fugue, agressivité, agitation, violence verbale ou physique). »

Ces troubles, qui arrivent souvent de manière très violente, sont la principale cause de l’épuisement du personnel en Ehpad.

« Idéalement, il faudrait soixante équivalents temps plein pour cent patients. Ce n’est apparemment pas possible, le budget serait trop important pour un tel effectif. Mais il existe déjà d’autres solutions : les TnMP (thérapies non médicamenteuses personnalisées), dont les principales sont la réminiscence thérapie (thérapie par le souvenir), la réorientation thérapie (aménagement de l’environnement du patient) ou encore la technique de Montessori (étude des capacités restantes de la personne) et il y en a bien d’autres… Ces thérapies non médicamenteuses sont bienveillantes et bien traitantes envers les malades et surtout dépourvues d’effets secondaires. Elles peuvent simplifier la vie des aidants et des soignants si elles sont personnalisées et adaptées aux troubles du malade. »

Quels sont les bénéfices ?

« La baisse de ces troubles du comportement bien sûr (et surtout de l’opposition aux soins), une prescription de psychotropes plus restreinte, une mise en sens du travail des soignants avec une meilleure connaissance du résident (risques psychosociaux), une meilleure implication des familles, et un projet de vie individuel respecté. Elles sont l’une des solutions de l’Ehpad de demain. »

Comment mettre ce système en place ?

« Ces méthodes ont déjà été développées dans plusieurs Ehpad en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, dont le Domaine de la Source que je dirige à Roquefort-la-Bédoule, où elles ont démontré leur efficacité : prescriptions médicamenteuses réduites jusqu’à 50 %, amélioration des interactions entre les professionnels soignants et les résidents, bien-être et respect de l’intégrité du résident malade. Nous cherchons actuellement avec l’ARS à les généraliser dans tous les établissements en France. »

L’ARS vient de lancer l’expérimentation sur les Pasa (Pôle d’activités et de soins adaptés) de nuit dont vous êtes le pilote, en quoi cela consiste-t-il ?

« Il s’agit de mettre en place un environnement et une prise en charge propices au sommeil et au lever du résident, pour diminuer les trois troubles les plus fréquents la nuit (le cri, l’opposition, la déambulation), favoriser le sommeil et le retour en chambre. Pour cela, nous renforçons les repères spatiaux temporaux avec variation de la lumière, modulation de la musique, changements d’habits des soignants de nuit, mise en place d’horloges et nous utilisons des TnMP adaptées à chaque situation et au projet personnalisé de chaque résident. C’est une première en France qui a lieu pour le moment dans vingt et un Ehpad. Ils font l’objet d’une expérimentation qui va durer deux ans. »

Initiée en 1994, la Journée mondiale Alzheimer, est organisée le 21 septembre. (1) Thierry Bautrant est l’auteur du livre « Alzheimer, peut-on combattre la maladie sans médicament » où il développe le concept de TnMP (thérapies non médicamenteuses personnalisées).

Source : lanouvellerépublique.fr

INFORMATIONS

-Afin d'assurer le développement de la Société SERIMEE, nous sommes heureux d'annoncer l'arrivée dans notre Capital, d'un nouvel actionnaire : le Crédit Agricole Centre France

-La Montagne Entreprendre parle de nous.

 

 

ACTUALITES

 

Prochainement

 

-Installation d'un EHPAD en région Poitou-Charente.

-Installation d'un centre hospitalier en région Auvergne-Rhône-Alpes

 

En cours 

 

-Installation d'un

Ehpad privé dans la Moselle.

La société SERIMEE est

Lauréate du dispositif At2i+ de la CCI Auvergne pour le département du Puy de Dôme.

SAS SERIMEE

SIEGE

53 bis rue des sauzes

63170 Aubière

Tél : +33 4 73 75 61 27

Fax : +33 9 70 61 27 82

 

AGENCE GRAND OUEST

TOULOUSE (31)

 

AGENCE RHONE ALPES

GENAS (69)

 

Vous pouvez également remplir le formulaire de contact.

La technologie ne vaut que par l'usage qu'en font

les hommes, elle est au service des patients et 

des aidants, mais la solidarité doit la porter si l'on veut qu'elle soit accessible à tous.